Nouvelles recettes

Le mariage du food truck d'Elisha Cuthbert

Le mariage du food truck d'Elisha Cuthbert


L'actrice a offert des collations de fin de soirée aux invités

Andrew Vaughan/La Presse Canadienne/AP

On dirait que les food trucks sont vraiment partout cet été… même aux mariages. L'actrice Elisha Cuthbert a épousé le capitaine des Maple Leafs de Toronto Dion Phaneuf samedi dernier à l'Île-du-Prince-Édouard, au Canada, lors d'une cérémonie avec feux d'artifice, vue sur le front de mer et camions de restauration. Selon un récent article de magazine américain, les parents du couple ont organisé l'arrivée de food trucks à minuit pour offrir aux invités affamés une collation de fin de soirée à la réception, qui s'est tenue dans le domaine isolé de Phaneuf sur l'eau.

Le couple se fréquente depuis cinq ans et a annoncé ses fiançailles en septembre dernier lors d'un dîner de homard au New Glasgow Lobster à l'Île-du-Prince-Édouard. Les deux ont prévu un mariage formel avec des tentes en plein air sur le domaine de Phaneuf, qu'ils adorent car cela leur permet de "passer un véritable été loin de l'agitation de notre vie".

Les deux Canadiens se sont mariés à l'église catholique St. James avec un signalé 300 invités présents. L'église était décorée de feuilles d'érable et les demoiselles d'honneur portaient des robes en queue de poisson rose pâle.


Était-ce une fin heureuse pour le nouveau spectacle d'Elisha Cuthbert?

Elisha Cuthbert joue dans la comédie très médiatisée d'ABC Fins heureuses, un spectacle qui a été comparé à Amis. A-t-il été à la hauteur du battage médiatique?

Elisha Cuthbert joue Alex, une fille qui laisse son petit ami Dave (Zachary Knighton) à l'autel, dans la nouvelle sitcom d'ABC Fins heureuses. Le groupe soudé de six jeunes adultes (d'où le Amis comparaisons) doit faire face au choix des côtés et à des moments relationnels difficiles.

« J'ai l'habitude de voir ce que vous voyez » toutes les autres choses qui existent là-bas », a déclaré Cuthbert au Soleil de Toronto. “Mais il y a ici quelques surprises dans le sens où les personnages (en Fins heureuses) aller dans des endroits différents. Et la comédie est beaucoup plus audacieuse que ce à quoi je m'attendais. Je veux vraiment que les gens s'accrochent. Nous devons évidemment mettre en place certaines choses dans le pilote. Mais les épisodes deux, trois, quatre, ça va de mieux en mieux.”

La solide distribution de l'ensemble comprend Gommages star Eliza Coupe, Damon Wayans Jr, Adam Pally et Samedi soir en direct’s Casey Wilson.

"Au fur et à mesure que les épisodes progressent, c'est presque le contraire de ce à quoi vous vous attendez, c'est-à-dire que le gars qui a été laissé à l'autel serait en ruine et que mon personnage dirigerait la ville", a déclaré Cuthbert. "Vous supposeriez que si c'était elle qui partait, elle voudrait la liberté. Mais vous commencerez à découvrir que ses raisons de partir sont un peu plus profondes.

Jusqu'à présent, les critiques de l'émission ont été mitigées, avec un téléspectateur disant: «Je me suis retrouvé à regarder, j'étais intrigué et j'ai apprécié. Je pense que je vais l'ajouter à mon Tivo, et un autre disant que la série reposait sur "tant de grosse-haine ! Haven’t montre comme Famille moderne prouvé que nous sommes plus sophistiqués que la fat-haine ?”


Le meilleur des amis, jusqu'à la fin sanglante

Il était une fois deux belles adolescentes mignonnes et artificielles lorsque la bonne brune, la nouvellement orpheline Dot (Camilla Belle), emménage avec la famille de la mauvaise blonde, Nina Deer (Elisha Cuthbert). Mais tandis que la mère de la valise spatiale de Nina (Edie Falco) et son père (Martin Donovan) accueillent chaleureusement l'errant, leur fille fait bientôt comme Paris Hilton et réduit sans pitié l'intrus à la taille de Nicole Richie. Sourd et muet et sans amis, Dot se met à son tour à étudier Nina aussi impassible qu'un ethnographe de terrain. Est-elle amoureuse de l'autre fille ou attend-elle simplement son heure de vengeance ? La réponse est moins évidente que les performances inférieures de Mme Falco et de M. Donovan, bien qu'un peu moins convaincante que la vue de Nina en train de repasser son uniforme de pom-pom girl dans ses sous-vêtements.

Ni assez ambitieux pour être pris au sérieux, ni assez louche pour en profiter, « The Quiet » flirte avec les atours du cinéma d'exploitation sans aller jusqu'au bout. Le réalisateur Jamie Babbit, dont les films incluent "Mais je suis une pom-pom girl", rassemble de manière suggestive ses deux talents, mais ne peut pas les pousser ni le film dans le surréalisme de conte de fées auquel elle semble aspirer. Elle raconte consciencieusement les horreurs familiales habituelles (un père criminellement effrayant, une mère chimiquement confuse) si appréciée des auteurs d'exploitation et des laboratoires de Sundance, où Abdi Nazemian et Micah Schraft ont développé leur scénario. Mais ce qu'elle ne peut pas exploiter, c'est cette folie irrésistible qui fait d'un film comme "Wild Things" un classique du genre trash et qui aurait pu sauver ce film de ce tas de scories cinématographiques connu sous le nom de fin août.

« The Quiet » est classé R (pour les moins de 17 ans, un parent ou un tuteur adulte doit être accompagné) pour les paroles et les actes grossiers.

Ouverture aujourd'hui à New York et Los Angeles.

Réalisé par Jamie Babbit écrit par Abdi Nazemian et Micah Schraft directeur de la photographie, M. David Mullen musique par Jeff Rona chef décorateur, John Frick produit par Carolyn Pfeiffer, Andrea Sperling, Joel Michaely et Holly Wiersma publié par Sony Pictures Classics. Durée : 96 minutes.

AVEC : Elisha Cuthbert (Nina), Camilla Belle (Dot), Edie Falco (Olivia), Martin Donovan (Paul), Shawn Ashmore (Connor) et Katy Mixon (Michelle).


Dimanche 22 mai 2016

Pourquoi Peggy Carter était le meilleur super-héros de la télévision

* Vernon Masters est Kurtwood Smith , le père d'Eric de Ce spectacle des années 70 , juste pour aider dans ce visuel).

Image de Google
Avez-vous déjà eu un de ces rêves avec le chant et la danse qui étaient censés éclaircir une décision que vous deviez prendre ? L'agent SSR d'origine britannique Peggy Carter ( Hayley Atwell) l'a fait, après avoir reçu un coup rapide à la tête et jeté dans une camionnette en route vers le désert. Après cela, elle a tenté de s'échapper du désert avec un ami fidèle (et récent tentative de meurtre) M. Jarvis. Bonne chose Agent Carter portait un tailleur-pantalon avant cette mission. Comment est-elle arrivée ici ? Que va-t-elle faire ensuite ? Ce n'est pas une histoire si simple.

Saison 2 de Agent Carter était mal pris en sandwich entre les pauses de Agents du S.H.I.E.LD ., une émission qu'il faut regarder religieusement s'ils veulent comprendre chacun merveille Vengeurs film. Le deuxième tour a repris peu de temps après la capture de la saison 1 de l'espion russe "Dottie". La SSR (Strategic Scientific Reserve) est une organisation de type CIA post-Seconde Guerre mondiale qui évolue vers le S.H.I.E.L.D. organisation. Pour clore l'affaire Dottie, Daniel Souza, membre du bureau de New York, est envoyé à la tête d'une nouvelle succursale à Los Angeles, présentée comme une agence de talents. Lorsqu'une femme se retrouve gelée dans un lac, le chef Thompson ( Tchad Michael Murray ) envoie Peggy à Hollywood, où elle s'installe dans le manoir du vieux copain Tony Stark (SR, pas Ironman) et se lance dans un bon travail d'espionnage à l'ancienne. Cela finit par atterrir le majordome de Carter et Stark, Jarvis ( James D'Arcy ) dans le désert, capturé et complotant pour s'échapper.

Pourquoi Peggy Carter est-elle si dure à cuire ? Je n'ai jamais beaucoup aimé les histoires de super-héros, mais je pense qu'une partie de l'attrait du personnage est qu'elle est un modèle féminin positif. Pour être honnête, j'ai commencé à regarder cette chaussure parce que Chad MM me manquait, mais je suis resté pour l'héroïne sympathique. Elle n'a pas de super pouvoirs comme Super Girl ou alors Buffy ou l'un des Vengeurs (J'essaie toujours de savoir si Scarlett Johanson 's ( Veuve noire ) le super pouvoir désapprouve, les regards boudeurs) mais elle combat les méchants, brise les codes et se faufile dans des soirées dangereuses pour sauver le pays. De plus, elle fait tout cela dans les années 1940, alors que la plupart des femmes étaient à la maison en train d'avoir des bébés et de participer à l'effort de guerre. L'agent Carter fait partie de l'effort de guerre réel ! Elle choisit sa carrière plutôt que l'amour (à maintes reprises) et elle n'est peut-être pas toujours récompensée, mais elle remplit son engagement profond envers le devoir et envers son pays d'origine et la patrie d'adoption du ETATS-UNIS. L'agent Carter a été introduit dans le premier Capitaine Amérique film, que je n'ai pas pu regarder jusqu'au bout à la télévision ce soir (c'est devenu un peu ennuyeux). Peggy prend goût à Steve Rogers ( Chris Evans ), un sujet de test dans un programme de super soldat, qui devient Capitaine Amérique . Mais Peggy ne raffole pas ou ne se vautre pas trop quand elle perd le capitaine dans l'océan (2e film Capt. America). Elle combat les nazis et les Russes avec les meilleurs d'entre eux pendant qu'elle poursuit sa vie. De plus, elle ressemble à Carmen San Diego dans ce trench-coat fluide.

L'agent Carter et M. Jarvis sortent de leur situation difficile et évitent le chaos total dans l'arrière-boutique d'un studio. En un mot, une scientifique délirante devenue actrice Whitney Frost (interprétée par Wynn Everett, et quel joli nom pour un méchant) s'est accidentellement dosée elle-même et l'intérêt amoureux possible de Carter, le Dr Jason Wilkes, avec une substance appelée Zero Matter *. La matière zéro vous donne une qualité de fantôme et des pouvoirs étranges. Voir ci-dessous pour plus de précisions. Frost ( essaie de prendre toute la matière zéro pour elle-même et nourrit le mal en elle, détruisant tout ce qui se trouve sur son chemin. Les corps commencent à s'entasser alors que la matière zéro tombe entre de mauvaises mains et le comité gouvernemental secret qui une fois OK, cela donne Frost essaie d'ouvrir une faille temporelle et le gang obtient un rayon gamma pour zapper toute la matière zéro dans une autre dimension. Crazy Frost est partiellement déformé et enfermé dans un établissement psychiatrique. Le chef Souza pensait que déménager à LA l'aiderait se remettre de Peggy, et il se fait larguer par sa fiancée à cause de combien elle se soucie toujours de Peggy. La femme de M. Jarvis est abattue sur tout le fiasco de Zero Matter et dans son rétablissement, découvre qu'elle ne pourra jamais avoir d'enfants. Peggy est plus confuse que jamais plutôt que de choisir Jason (maintenant à nouveau corporel) ou le chef Souza (fraîchement abandonné).Enfin, le réalisateur Thompson vole un dossier incriminé sur Carter au méchant Vernon Masters et se fait tirer dessus à la fin de l'épisode.

Où sommes-nous actuellement? Le spectacle a été annulé, nous sommes donc perdus. Techniquement, rien n'est jamais fini dans cet univers fou de télévision/film Marvel, mais il est peu probable que les gens remontent le temps et passent beaucoup de temps avec cet adorable gang d'espions (inadaptés) sans réoutillage majeur et sans vendre l'histoire à quelqu'un comme Netflix . Mais le support des fans est toujours là. Nous avons besoin de plus de séries comme l'Agent Carter. Il y a une telle dépendance à la technologie dans les aventures modernes qu'il est rafraîchissant de voir des personnages utiliser leurs ressources comme leurs connaissances pour aider à résoudre un problème (ère pré-Google, tout le monde). Les thèmes présents dans Agent Carter et d'autres histoires de son époque sonnent également fidèles à la société d'aujourd'hui. L'Amérique combat de nombreuses menaces étrangères qui peuvent détruire notre mode de vie. L ennemi peut changer, mais la bravoure d un héros est une histoire qui vivra. De plus, Peggy et ses amis nous montrent que même les super espions ne peuvent pas toujours laisser leurs sentiments de côté, et un vrai héros utilise l'émotion et l'instinct pour obtenir des résultats.

"C'est une énergie puissante et extra-dimensionnelle qui peut être manipulée de manières légèrement différentes par une poignée d'êtres qui y sont sensibles. , peut-être aussi à Darkhawk) et peut-être même une entité sensible."

6/2 MISE À JOUR : La star Hayley Atwell adorerait jouer à nouveau Peggy.


Actrice Elisha Cuthbert : La bombe d'à côté

Les deux touristes qui attendaient un ascenseur au One&Only Palmilla Resort à Los Cabos, au Mexique, étaient sous le choc. Lorsque les portes se sont ouvertes, à l'intérieur, suspendue à la bouche d'aération du plafond, se trouvait une petite femme blonde. Et pas n'importe quelle femme, mais l'actrice d'origine canadienne Elisha Cuthbert, qui incarne Kim Bauer (fille de Jack) dans le mégahit de la Fox 24.

"L'ascenseur était bloqué, j'étais seul là-dedans depuis 10 minutes, et il chauffait comme une fournaise. Je pensais que j'allais suffoquer", raconte Elisha, se remémorant l'étrange moment de vacances autour d'un petit-déjeuner à Hollywood. "Je ne sais pas où je pensais que j'allais. Mais je suis un homme d'action, alors je me suis dit: 'Je vais me sortir d'ici.' Juste au moment où j'étais sur le point de me tirer à travers le conduit d'aération, les portes se sont ouvertes." Qu'a-t-elle fait alors ? "J'ai dit 'Salut !'", répond-elle en souriant.

La vérité est que la petite taille de cinq pieds trois pouces d'Elisha dément sa force. La jeune femme de 26 ans dégage une ambiance "été là-bas" et pas exactement durcie, mais elle n'est certainement pas un jeu d'enfant. Ses sourcils foncés et ses cheveux platine (elle les teint elle-même) ont un effet visuel, mais elle adoucit le look avec un jean, un pull gris surdimensionné et une écharpe noire. Pour elle WH interview, elle a choisi un café de quartier discret sur Sunset Boulevard, où elle grignote des fruits et du granola, mais elle s'est présentée ici dans une Porsche.

Ce qui est plutôt approprié, en fait. Dans ses films&mdashVieille école, Maison de cire, et La fille d'à côté parmi eux&mdashElisha s'est taillé une place de choix en tant que fille la plus chaude que vous puissiez connaître dans la vraie vie. Elle est même devenue une figure incontournable des listes "sexy", même si elle n'est pas du genre à être obsédée par sa presse.

"Je ne vérifie pas", dit-elle en riant. "En fait, je ne lis rien sur Internet. Cela semble être un endroit sombre et maléfique. J'ai quelques amis qui sont sous les projecteurs, qui m'ont appelé au milieu de la nuit en pleurant. Je vais, ' Ce que vous êtes Faire? Lâche ton putain d'ordinateur !' Je veux dire, je n'ai pas besoin de savoir que Joe dans sa cave au Nebraska préfère Jessica Alba."

Elisha a cependant passé quelques années à goûter à ce qu'elle appelle "le battage médiatique et la gloire" d'être une jeune starlette hollywoodienne. "Pendant longtemps, j'étais naïve à propos de qui j'étais entourée", se souvient-elle. « Je me suis retrouvé pris dans la scène de L.A. » Elle n'était pas une fêtarde, c'était plutôt comme sortir dîner tous les soirs avec un cercle qu'elle aimait mais qui ne s'intégrait pas tout à fait dans. "Ce n'était pas qu'ils étaient de mauvaises personnes", dit-elle. "Je ne pouvais tout simplement pas demander à l'un d'eux de me conduire à l'aéroport."


Elle a passé l'année dernière à s'éloigner de tout cela, en faveur de compagnons plus fidèles, comme son petit ami, le défenseur de hockey des Flames de Calgary Dion Phaneuf. "C'est la première vraie relation saine de ma vie", dit-elle. "Je pense que vous apprenez quelque chose de chaque relation. Mais j'ai passé trop de temps avec des gens qui ne valaient pas la peine de passer autant de temps avec eux."

Cela peut ou non être une référence à son ex-petit ami, l'ancien centre des Stars de Dallas Sean Avery, qui en décembre l'a publiquement qualifiée de "secondes bâclées" et le commentaire de mdasha qui l'a fait retirer des Stars et suspendu par la Ligue nationale de hockey pour « commentaires publics inappropriés ».

« Je pense que la façon dont la LNH a géré la situation était impressionnante, et j'étais reconnaissant, a déclaré Elisha. "C'était juste une autre personne qui était dans ma vie sous de faux prétextes. Il voulait attirer l'attention de sortir avec une actrice. Mais je ne regrette pas mes relations passées. C'est plus, 'Pourquoi je ne pensais pas bien ?' Je veux toujours plaire à tout le monde, beaucoup d'artistes sont comme ça. Le truc, c'est de savoir quand on fait [trop] de compromis."

Elisha a essayé de trouver cet équilibre parfait toute sa vie. À 9 ans, grandissant à Montréal, elle a annoncé à ses parents (le père Kevin, qui dirige une entreprise automobile, et la mère Patricia, une femme au foyer qui jouait dans une équipe de hockey féminin) qu'elle allait devenir actrice. C'est un rêve assez typique pour un « goofball sortant » autoproclamé qui a toujours voulu être le centre d'attention. Ce qui est atypique, c'est qu'à 11 ans, elle avait réussi. Elisha est apparu dans des émissions de télévision et des films canadiens et a co-animé la série Discovery Kids Mécanique populaire pour les enfants. Juste après le lycée, elle s'est rendue à Los Angeles, promettant à ses parents que si elle n'avait pas trouvé de travail dans six mois, elle rentrerait à la maison et irait à l'université. "Je ne voulais pas me faire des illusions. Je voulais une ligne d'arrivée", dit-elle. "La semaine dernière, il y en a eu 24. C'était ma 24e audition."


Ces jours-ci, la conduite d'Elisée s'est dégradée et peu. « Avant, j'étais agitée, travail-travail », dit-elle. "Je me suis réveillé le matin et je me suis couché en pensant à la comédie. Je n'étais pas en mauvaise santé, mais je dirais que j'étais limite." La clé du bonheur pour elle maintenant : être moins consommée par ses objectifs de carrière. "Kiefer avait l'habitude de me dire : 'Ne t'inquiète pas pour ton prochain travail' et j'allais dire 'Ha-ha, ouais, bien essayé.' Mais pour la première fois, j'essaie de ne pas m'inquiéter. Je n'ai plus l'impression de devoir prouver quoi que ce soit, je ne suis plus en panique. Je n'ai certainement pas fini, mais j'ai l'impression d'avoir accompli un beaucoup. Je me concentre sur d'autres choses dans ma vie.

Sur sa liste de choses à faire pour le diversion : lire (elle vient de terminer le livre de Nikki Sixx Carnets d'héroïne), peinture (principalement des abstraits et des portraits), bricoler dans sa cuisine ("Tous les appareils viennent d'un restaurant appelé Koi&mdash ils en avaient acheté trop&mdashdonc ils sont énormes. J'ai une plaque chauffante plate et un ventilateur de hotte industrielle. C'est comme avoir un Benihana dans ma maison!"), et en suivant son sport préféré (elle était ravie lorsque le Canada a remporté son cinquième championnat mondial de hockey junior en janvier). Et pour la première fois de sa vie, Elisha a rejoint une salle de sport, où elle s'entraîne deux heures par jour. Elle adore la gamme de cours et de cours, du camp d'entraînement au brûlage de butin en passant par le yoga. "Une fois que j'en commence un, je ne peux pas arrêter, je suis trop compétitive", dit-elle. "J'essaie d'aller au gymnase tôt, de faire du vélo pendant une heure, de pousser jusqu'à 400 calories brûlées, puis de suivre un cours."

Elisha enregistre également beaucoup de miles aériens en visitant Phaneuf à Calgary. "Jusqu'à présent, je pensais que j'étais maudite d'amour", dit-elle. "Je me suis dit : 'J'ai eu ce que je voulais dans ma carrière, et tant pis, tu ne peux pas tout avoir.'" De plus, ses parents ont mis la barre haute. "Ils étaient censés être ensemble. C'est impressionnant. Je ne veux pas de mariage si ce n'est pas ce qu'ils ont", dit-elle. "Mais maintenant, je sais plus ce que je veux chez un partenaire et quelqu'un avec des valeurs familiales, qui a quelque chose à faire dans sa vie."

Bien sûr, il y a des moments où être seul a aussi ses avantages. Peu de temps après l'incident de l'ascenseur à Los Cabos, Elisha a eu un autre incident, cette fois à Austin, au Texas. Elle s'est retrouvée dans un ascenseur qui a plongé de 15 étages, quatre étages à la fois.

"C'était terrifiant et le crissement des freins d'urgence me faisait grincer des dents, je m'accrochais à mes bagages pour la vie", dit-elle. "Mais je préfère être seul [dans ces situations], parce que vous ne voulez pas que quelqu'un avec vous panique et aggrave les choses." Quelque part, Jack Bauer sourit.

Choses préférées d'Elisée :
Accessoire incontournable: "Les écharpes. J'en ai de toutes sortes, des tonnes et des tonnes, des imprimés et des unis, de la soie et du pashmina. J'ai toujours froid, donc les écharpes sont vraiment géniales."

Objet de beauté: "Je suis un grand baume à lèvres. J'adore By Terry. C'est extrêmement cher, mais c'est tellement bon. Il a aussi une belle odeur florale."

Déstressant : "Douche à vapeur. J'ai un bateau à vapeur dans ma maison, je reste assis là pendant longtemps et je m'étouffe avec de la vapeur. Détox, dissipe tous mes problèmes.

Chambre dans votre maison: "Ma cuisine. Tous les appareils proviennent d'un vrai restaurant. Ils ont été achetés pour le restaurant Koi, et ils ont suracheté des fours. J'ai le plus incroyable des ventilateurs de hotte industrielle, il m'aspirerait, je le jure. Je essayez de ne pas l'allumer. C'est si fort que vous pouvez même parler pendant que vous cuisinez. "

Plaisir coupable: "La malbouffe : je suis une grande fan de chocolat. Lindor - les petites boules - ne m'en donnent pas un sac, elles n'en seront plus. Elles sont si crémeuses et bonnes. Je ne sais pas comment elles restent fondantes comme ça, même si vous mettez les dans le réfrigérateur. J'aime tout le chocolat, cependant. "

Coup de cœur pour les célébrités : "Je n'en ai jamais eu, même pas quand j'étais enfant. Je pense que j'ai dû comprendre et rencontrer quelqu'un pour avoir un lien avec eux."

Chanson d'entraînement préférée : "Lady Gaga, 'Just Dance'. C'est une mélodie optimiste. Et j'adore Sia, elle est géniale."

Créateur préféré : "J'en ai tellement. J'adore Balenciaga. Et Nike. Que diriez-vous de ça pour une gamme? J'adore les trucs d'entraînement Nike, c'est tellement génial. Le DryFit! Super trucs.

Sport préféré à pratiquer : "Volleyball. Et j'aime skier aussi."

Association caritative préférée : "La Fondation Michael J. Fox. He&rsquos Canadien, j'ai grandi en le regardant. C'est une de mes idoles."


Le roulement des yeux d'Elisha Cuthbert pour un match de hockey suscite une explication

Elisha Cuthbert a déclenché un énorme coup d'œil lors d'un match de hockey mercredi qui a pris d'assaut Internet.

Ne sous-estimez jamais ce qu'un petit mouvement des paupières peut faire croire aux gens.

L'actrice de "Happy Endings", qui est fiancée au défenseur des Maple Leafs de Toronto Dion Phaneuf depuis septembre, a assisté au match de son fiancé contre les Bruins de Boston au Centre Air Canada lors des quarts de finale de l'Association de l'Est. Mais après un mauvais jeu de Phaneuf qui a permis à Boston de battre le gardien des Leafs James Reimer pour le but vainqueur en prolongation, les caméras sont tombées sur Cuthbert. Elle a été surprise à rouler des yeux en direction de la femme de Reimer, April, qui était assise près d'elle.

Cuthbert, 30 ans, a déclaré qu'elle n'avait pas l'intention que son expression soit perçue de la manière "Mon Dieu, votre mari est vraiment nul" dont diverses personnes en ligne l'ont prise. (Avertissement : le ministère n'a aucun sentiment personnel sur les résultats du match de mercredi soir.)

"Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent. Je suis insultée et déçue par beaucoup de ces commentaires », a-t-elle tweeté. "C'est réel. Pas un 3 secondes. Agrafe."

April Reimer s'est également tournée vers les réseaux sociaux pour clarifier la réaction et insister sur le fait que tout allait bien entre eux. Elle a posté une photo d'elle avec Cuthbert souriant toujours après la défaite.

"Pour ceux qui pensaient qu'Elisée et moi roulions des yeux l'un sur l'autre, c'était le crétin à côté de nous", a-t-elle déclaré dans la légende. Découvrez-le dans la vidéo ci-dessus.

Eh bien, au moins personne n'a perdu de dents.

Le .gif animé succinct de la réaction de Cuthbert ci-dessous provient de la partition. Voir la séquence complète, y compris "le jerk", ci-dessus.


La description

Happy Endings est une comédie tapageuse sur six amis trentenaires dysfonctionnels vivant à Chicago. Appelée "l'émission la plus drôle de la télévision" par Associated Press, "Happy Endings" suit la vie du propriétaire du magasin Alex et de son ex-fiancé, Dave, un restaurateur en herbe qui dirige un food truck appelé "Steak Me Home Tonight" duo de mari et femme Brad et Jane, qui est aussi la sœur d'Alex, Max, leur ami homosexuel perpétuellement sous-employé, et Penny célibataire, toujours à la recherche, mais jamais tout à fait, du bon gars.


5 choses que vous ne saviez pas sur Elisha Cuthbert

Des faits amusants sur la star de Happy Endings et le modèle de couverture SHAPE que vous ne trouverez pas dans le numéro !

Bien que la beauté d'origine canadienne Elisée Cuthbert joue depuis l'âge de 9 ans, apparaissant dans des films à succès comme Vieille école et L'amour en fait, c'était son rôle de Kim Bauer dans 24 qui a incité les gens à s'asseoir et à prêter attention. Maintenant, la fille préférée de tout le monde à côté joue le rôle d'Alex, l'un d'un groupe d'amis essayant de naviguer dans l'amour, la vie et tout le reste dans le hit ABC Fins heureuses.

Notre modèle de couverture de février révèle ses secrets pour rester en forme, bien manger et ce qu'elle ressent vraiment à l'idée d'avoir 30 ans cette année dans le dernier numéro de FAÇONNER, en kiosque maintenant. Mais il y avait quelques faits amusants qui n'ont pas été publiés et qui étaient trop beaux pour être gardés pour nous-mêmes !

1. Elle parle français. Cuthbert, qui est née à Calgary, y a vécu jusqu'à l'âge de 11 ans, lorsque sa famille a fait ses valises pour Montréal. "Nous avons beaucoup bougé quand j'étais plus jeune", dit-elle. "Nous avons vécu à Vancouver pendant un certain temps, puis à Montréal, qui nous était si étrangère avec tout le monde parlant français. C'était sauvage !"

2. Elle peint pour soulager le stress. "Parfois, lorsque vous jouez depuis si longtemps, vous vous épuisez", dit Cuthbert. "La peinture a toujours été en quelque sorte mon exutoire. Je travaille principalement à l'acrylique, mais c'est toujours différent. Je fais beaucoup de portraits".

3. Elle fait toujours des allers-retours entre L.A. et Toronto. Cuthbert, qui sort avec un joueur de hockey Maple Leaf et aposs de Toronto Dion Phaneuf, partage son temps entre les deux villes et s'envole pour le Canada chaque week-end.

4. Elle n'est pas fan de malbouffe. "J'ai plus de chances de faire des folies avec un plat salé qu'un plat sucré", dit-elle. "Mais cela&aposs;est parce que je ne suis pas vraiment un mangeur de malbouffe. Je pense que cela vient du fait d'être tellement sur le plateau et d'avoir une table artisanale pleine de beignets et de bonbons tout au long de la journée.

5. Mais elle boit du vin. " J'avais l'habitude de boire beaucoup de Cabernet Sauvignon, qui est un vin lourd et plein ", dit-elle. "Dernièrement, j'ai bu beaucoup de vins qui n'ont pas autant de corps pour eux."

Pour en savoir plus sur la vie, l'amour, la forme physique et la nourriture de Cuthbert&aposs, sortez et procurez-vous votre numéro de février de FAÇONNER tant qu'il est encore disponible !


Commentaires

L'équipe de Happy Endings revient donc pour un dernier hourra, la série a malheureusement été annulée après cette troisième saison. Autant j'apprécie le spectacle moi-même, je peux un peu voir comment cela s'est produit - un changement de jour et de créneau horaire aux États-Unis, une légère baisse de la qualité des spectacles et peut-être un manque de scénarios plus longs et de développement de personnages.

Cette saison se déroule dans un autre flou de mini-intrigues absurdes - il y en a souvent au moins deux ou trois par épisode et les gags volent vite et fort. Il ne ralentit pas assez longtemps pour s'attarder sur les faux pas - si vous n'aimez pas un gag, il y en aura un autre en quelques secondes. Le taux de réussite n'est peut-être pas aussi élevé que les années précédentes, mais il reste assez bon. Même quand ce n'est pas drôle, c'est quand même assez amusant et agréable de passer du temps avec ces personnages.

Les faits saillants de cette année incluent les fiançailles de Penny, la soirée de jeux en couple, les DJ Bar Mitzvah, un Thanksgiving calamiteux et le Noël alternatif de Janes ("Janemas" bien sûr). Si vous avez apprécié les saisons précédentes, vous en profiterez probablement toujours, mais profitez-en au maximum car c'est là que le voyage se termine.

Il faut un peu de temps pour entrer dans le vif du sujet, mais les couples sont ce qui le rend si intéressant à regarder. Brad et Jane, Penny et Max sont un régal à regarder, et Alex devient adorable. Il y a des scénarios aléatoires qui ne sont ni développés ni expliqués et vous vous demandez pourquoi Dave et Alex seraient à nouveau BFF deux épisodes après qu'elle l'ait laissé à l'autel, mais c'est une comédie légère.

Triste, il n'y a eu que 3 saisons mais c'est un peu compréhensible. Ils ne développent pas les personnages, mais les gardent plutôt dans les mêmes positions exactes, comme Penny annulant ses fiançailles avec un gars formidable, probablement juste pour garder la dynamique et les chiffres identiques. Et vraiment, comment Max se permet-il de vivre ?


« Girl Next Door » n'est pas une « entreprise à risque »

"The Girl Next Door" est essentiellement "Risky Business" avec des stars du porno au lieu de prostituées, mettant en vedette le beau et sympathique Emile Hirsch dans le rôle de Tom Cruise et le beau et sympathique Elisha Cuthbert dans le rôle de Rebecca De Mornay.

Elle l'aide à se détendre, il l'aide à vivre son passé - et à la manière d'un film de lycée, tout se termine au bal.

Si vous envisagez à nouveau un film pour adolescents, celui qui a fait de Cruise une star en 1983 est meilleur que la plupart des sources d'inspiration. "The Girl Next Door" pourrait faire la même chose pour Hirsch, qui – avec son comportement accessible et son visage de garçon – ressemble à un jeune George Stephanopoulos.

(C'est à propos parce que son personnage, Matthew, est le président du corps étudiant lié à Georgetown qui aspire à atteindre la Maison Blanche.)

Cuthbert, qui joue la fille sujette au péril de Kiefer Sutherland dans "24", est déjà une star – mais après des seconds rôles sexy dans "Love Actually" et "Old School", c'est son premier coup en tête.

Elle est adorable, avec une combinaison Marilyn Monroesque d'innocence et de sex-appeal. Et elle et Hirsch ont une alchimie facile et coquette qui transcende le principe du fantasme de garçon du film : en tant que Danielle, une ancienne star du porno au cœur d'or, elle emménage à côté de Matthew pour commencer une nouvelle vie en banlieue.

Le réalisateur Luke Greenfield a subi une dérision critique presque universelle pour son premier film, la comédie dégoûtante typique "The Animal", mettant en vedette Rob Schneider dans le rôle d'un pauvre schmo qui subit une intervention chirurgicale après un accident de voiture et se retrouve avec des organes d'animaux.

Greenfield semble un peu plus en contrôle ici - ses premières scènes au lycée de Matthew ont une qualité mélancolique et onirique - et il a choisi la bande originale efficace et éclectique du film, qui présente des chansons de The Who, David Bowie et Queen, Echo and the Bunnymen et INTELLO

Mais le film traîne sérieusement au milieu, malgré la présence de Timothy Olyphant dans le rôle de Joe Pantoliano, Guido-the-Killer-Pimp. Rappelant sa performance de vol de scène en tant que trafiquant de drogue dans «Go», Olyphant anime les choses en tant que Kelly, un producteur de porno volatile et dangereusement charmant qui essaie de ramener Danielle dans le business. Quand il est parti, il emporte le film avec lui.

Et le script de Brent Goldberg et David T. Wagner (qui est de loin supérieur à celui qu'ils ont écrit pour "My Baby's Daddy") s'effondre juste au moment où il devrait se diriger vers un point culminant (pardonnez le jeu de mots) lorsque tout le monde se dirige vers le film pour adultes Congrès à Las Vegas.

Le gain à la fin aide quelque peu à racheter les choses, en grande partie grâce au travail de soutien des acteurs jouant les meilleurs amis ringards de Matthew: Chris Marquette en tant que cinéaste en herbe fou de sexe Eli, et Paul Dano en tant que Klitz timide et détesté.

(Et oui, c'est vraiment le nom du personnage. Peut-être qu'il aurait dû être la star du porno à la place.)

À la fin, ils apprennent tous les trois, comme le personnage de « Risque Business » de Cruise, que parfois il faut juste dire ce que le (juron). En ces temps post-millénaires au rythme effréné, "The Girl Next Door" a réduit ce sentiment au pithier "(Expletive) it".


Voir la vidéo: Awesome Dance Mix